Big brother : cette formule dénonce une intrusion dans la vie des populations des individus et une atteinte aux libertés individuelles. Mais alors pourquoi ce parallèle entre des jouets, en l’occurence des poupées, et notre vie privée… ? On vous explique.

Avant tout, imaginez que Hello Barbie, la nouvelle version de la célèbrissime poupée Barbie est baptisée « Barbi Stasi » (service de renseignements et d’espionnage de l’ex RDA) par la presse allemande car elle serait une menace pour la sphère privée des enfants ! Mais ce n’est pas tout ! Il y a aussi ses amies Cayla et i-Que, deux poupées fabriquées par le Hongkongais Genesis Toys. Ces poupées inquiètent pas moins de 18 associations européennes et américaines qui ont d’ailleurs porté plainte contre le fabriquant et Nuance Communications !

En effet, il serait facile pour un inconnu de se connecter, d’espionner vos enfants ainsi que votre privée mais également de leur parler à distance car ne possèdent aucune sécurité mais qu’elles sont par contre dotées de haut-parleurs ainsi que d’un micro ! Si votre enfant pose une question au jouet, celui-ci répond grâce à un logiciel de reconnaissance vocale et ces conversations cryptées sont téléchargées sur un serveur distant (tout comme les sons que la poupée entend) et détenues pendant deux ans par Nuance Communications qui est du coup soupçonné de revendre les informations à des agences militaires, de police ou de renseignements… D’ailleurs, pour utiliser ses poupées, vous êtes dans l’obligation d’accepter les conditions générales d’utilisation ce qui permet à la société de revendre ces fichiers à des fins de publicité ciblée.

Alors lors de votre prochain cadeau à un enfant, réfléchissez : jouet connecté ou jouet espion !?