Facebook vient d’annoncer l’extension des fonctionnalités de son outil de recherche Graph Search. Cette évolution permet notamment de renvoyer des résultats non plus seulement sur des personnes ou des pages, mais bel et bien sur du contenu : posts, likes, photos… Une réelle prouesse technologique, mais une plaie pour la vie privée !

Facebook : les changements

Si vous avez déjà utilisé l’outil de recherche initial de Facebook, vous serez d’accord pour dire que ce dernier manquait cruellement de flexibilité. Habitués d’un Google où l’on peut poser sa question dans le sens souhaité, les requêtes sur Facebook nécessitaient une précision d’orfèvre : la moindre faute dans le nom de la page ne vous renvoyait pas le bon résultat ! De plus, le champ de recherche était très limité : personnes, pages, groupes, applications, mais pas ou peu de choix en plus.  C’est sur ce point que se trouve la principale évolution du système. Si Graph Search semble toujours aussi intolérant avec les fautes d’orthographes, il peut néanmoins aller fouiller dans toute la base de données du site, et en ressortir des informations, tant que celles-ci ne sont pas protégées : lieu, date, évènement, personne, etc.

Dans l’annonce faite par Facebook du déploiement de Graph Search à tous les utilisateurs du site en anglais (pour le français, il faudra attendre), trois exemples de recherches sont cités :

  • Posts de mes amis à propos de Danse avec les Stars

FACEBOOK DANSE AVEC LES STARS

  • Posts écrits depuis la Maison Blanche

FACEBOOK MAISON BLANCHE

  • Mes posts de l’an dernier

 FACEBOOK POST

Ces recherches sont peu rassurantes pour le respect de notre vie privée. En effet, avant la Timeline, nos données étaient protégées par ce que l’on appelle la « confidentialité par l’obscurité ».  Cela signifie que si nos données n’étaient pas protégées à proprement parler, elles étaient cachées derrières d’innombrables clics sur « afficher plus de posts ». Vos soirées étudiantes de 2007 étaient donc à l’abri des regards indiscrets, mais plus maintenant ! Il suffira de taper « photos de mes amis soirées 2007 » dans le Graph Search pour dénicher un trésor bien peu glorieux.

A la suite de cette démonstration, Facebook rassurait son monde en rappelant que l’outil ne permettait pas d’accéder à du contenu qui ne soit pas partagé par son émetteur, et nous rappelait au bon souvenir de nos réglages de confidentialité. S’il est donc impossible (pour le moment) d’accéder directement à du contenu qui n’a pas été partagé avec nous, il est cependant possible de chercher les posts commentés par vos amis : une aubaine pour les professionnels !

FACEBOOK LOOK

Facebook : dis-moi qui tu likes…

Ne vous méprenez pas, cette évolution n’est pas faite pour faciliter la vie des utilisateurs. En effet, il est très intéressant pour les marques et les annonceurs de connaître vos goûts et surtout les connexions existantes entre les individus. Dresser des profils type, mieux cibler ses campagnes publicitaires, sont des bénéfices parmi tant d’autres. Les nouvelles fonctionnalités du Graph Search semblent donc suivre la direction prise par Facebook depuis son introduction en Bourse : monétiser le site, le rendre rentable, attirer les investisseurs et générer du profit par la vente d’espaces publicitaires.

Depuis cette annonce faite le 30 septembre dernier, l’action Facebook semble portée par un vent de fraîcheur en dépassant les 50$ pour la première fois. Preuve que la Bourse Américaine voit en Graph Search une évolution de Facebook bénéfique pour les financiers. Ce genre de « réussite » pousse donc les sites communautaires à faciliter toujours plus l’accès à nos données. Un site totalement hermétique ne serait pas intéressant, au contraire d’un site où la moindre information serait à la portée de la première marque venue.

FACEBOOK NASDAQ

A la suite du scandale PRISM, l’heure est donc à la protection de vos données : vérifiez dans les réglages de confidentialité que vos posts sont bien privés et invitez vos amis à faire de même, car l’on peut vous voir à travers eux. N’hésitez pas, même si cela prend du temps, à créer des listes d’amis en les classant par niveau d’accès à votre vie privée. Cela vous permettra de vivre votre vie virtuelle à l’abri des recherches de vos « amis », ex, publicitaires ou encore patron. Nos confrères de Slate.fr ont réalisé un petit didacticiel des bonnes pratiques en terme de sécurité des données, que nous vous invitons vivement à lire. Enfin, n’oubliez pas que la meilleure protection, c’est encore d’utiliser les réseaux sociaux avec parcimonie en gardant à l’esprit que tout se voit et que l’on se sait jamais par qui !

Devant ces récentes évolutions, Mark Zuckerberg a-t-il raison quand il affirme que Facebook n’est plus « cool » ?