De plus en plus de personnes délaissent les médias traditionnels comme la télévision ou la radio pour s’informer directement sur Internet et plus précisément sur les réseaux sociaux. Même si ce phénomène touche à la base essentiellement les jeunes, il a tendance à se globaliser peu à peu. Les géants comme Facebook, Twitter, YouTube… héritent donc d’une immense responsabilité en terme de qualité mais aussi d’accès à l’information. Justement, le géant bleu teste actuellement une nouvelle fonctionnalité qui fait déjà frémir le monde entier…

Réseaux sociaux

 

Les réseaux sociaux sur le point de remplacer les médias traditionnels ?

 

L’université d’Oxford (institut Reuters / étude de journalisme) vient de réaliser une étude sur plus de 50 000 personnes venues de différents pays dont la France. Le résultat est assez frappant vu que 51% des répondants indiquent utiliser désormais les réseaux sociaux pour accéder à l’information et parmi eux, 12% avouent qu’il s’agit de leur source première. Concernant la tranche 18/24 ans, le taux atteint même 28%. Ce phénomène s’explique notamment par l’essor des smartphones. « L’information arrive aux mobinautes par les flux des réseaux sociaux, leurs alertes et notifications » indique Nic Newman, un des auteurs du rapport.

Réseaux sociaux

Dans cette mutation de l’accès à l’information, Facebook sort grand gagnant car le réseau social est consulté par 44% des répondants (soit deux fois plus que YouTube ou quatre fois plus que Twitter par exemple). 

 

Facebook : payer pour rendre ses publications visibles ? Un test qui inquiète…

 

Mark Zuckerberg semble avoir bien compris l’enjeu et après avoir lancé de nombreux chantiers dont « Instant Articles » en 2015 permettant un affichage plus rapide des contenus sur support mobile, il réitère ici avec le test d’une nouvelle fonctionnalité dans plusieurs pays et celle-ci commence déjà à faire polémique… 

Facebook

En effet, comme à chaque fois que Facebook souhaite intégrer quelque chose de nouveau dans son réseau social, il teste avant de généraliser. Actuellement, la firme américaine expérimente dans 6 pays le fait de devoir payer pour que les publications de pages apparaissent sur le fil d’actualité des utilisateurs. Autrement dit, le propriétaire d’une page pourrait donc dans le futur devoir obligatoirement payer s’il souhaite que ses publications soient intégrées dans le flux d’actualité de ses lecteurs. 

Le Guardian, célèbre et sérieux journal anglais a mené une enquête concernant ce test et indique que la plupart des pages concernées ont vu leur fréquentation diminuer de 2/3. Autrement dit, avec ce système, Facebook semble être très loin de la neutralité de l’information, de sa qualité mais également de son accès vu que si cette fonctionnalité se généralise, cela signifiera que vous verrez uniquement les publications postées par les propriétaires ayant mis la main à la poche.

Personne inquiète

Même si au vu des nombreuses réactions négatives à travers le globe, Facebook rappelle qu’il s’agit que d’un test et que nous sommes encore loin d’une généralisation, cela permet de se rappeler que nous nous devons d’être tous vigilants lorsqu’il s’agit de l’accès à l’information car ce point est tout simplement essentiel dans notre démocratie.

close
Thanks !

Thanks for sharing this, you are awesome !