Le 35ème Salon du livre de Paris vient de fermer ses portes. Il fut notamment l’occasion de découvrir une machine permettant l’impression en temps réel… de livres ! Une revanche sur le numérique ? Possible…

impression temps réel livres

Le principe est très simple : vous consultez et choisissez le livre qui vous intéresse directement sur l’écran de la machine, vous validez, et l’ouvrage s’imprime immédiatement. En 5 minutes, vous repartez donc avec votre livre et avant que vous posiez la question : sachez que la qualité est quasiment identique à un livre « classique » !

Mais avant de parler de la France… Petit retour en arrière ! Amazon, vous connaissez ? Depuis une petite dizaine d’années, le géant du e-commerce pense sérieusement à concurrencer, en plus des libraires, les éditeurs et les imprimeurs. Comment ? Grâce à « CreateSpace », un système d’impression à la demande. Ce système d’auto-édition est apparu aux Etats-Unis mais depuis 2012, il s’étend peu à peu en Europe.createspace

Pour contrer la firme de Jeff Bezos, un programme de recherche et développement financé par les syndicats d’imprimeurs a été mis en place pour réfléchir aux enjeux et à l’avenir du livre imprimé à la demande. Son nom ? Ireneo. Au 35ème Salon du livre de Paris, La Martinière et les Presses universitaires de France (PUF) ont installé des imprimantes de ce nouveau type et donc capables d’imprimer un livre en quelques minutes seulement.

Espresso Book Machine

Les PUF ont choisi une technologie américaine : l’« Espresso Book Machine » (Entreprise Xérox / En lien direct avec Irénéo). Déjà installée par exemple à la New York University aux Etats-Unis, cette technologie est très prometteuse. La Martinière a présenté elle, un modèle plus petit mis au point cette fois-ci par un japonais, la société Ricoh (Exploité par la société française Orséry).

imprimante librairies livres

Ces machines semblent être une solution alternative intéressante pour aider à terme les libraires et les éditeurs en limitant les risques : plus de stock, des coûts de fabrication et de livraison réduits… Les avantages ne manquent pas car de plus, ce type de machine permettrait de faire revivre des titres jusque-là indisponibles car édités au compte-gouttes!

Un seul « hic », le prix. Une imprimante comme celle-ci coûte pour le moment entre 80 000 et 100 000 dollars. Pour l’acquérir, certains pensent donc à la création d’un GIE (Groupement d’Intérêt Economique), d’autres à une location (environ 250 euros / mois)… Une chose est certaine, si les libraires arrivent à s’équiper, il se peut que cette machine révolutionne une fois de plus le monde du livre.

Autre solution avancée durant le salon pour contrer Internet : permettre aux libraires d’être livrés en seulement quelques heures grâce à un réseau spécifique.