Le gouvernement passe donc la vitesse supérieure dans le cadre de « la stratégie du gouvernement relative à la lutte contre le piratage des œuvres sur Internet » en encadrant une charte contre les sites illicites qui risque de faire du bruit…

sites pirates

Le 23 mars prochain, les acteurs de la publicité (annonceurs, agences, régies…) se rendront au ministère de la Culture et de la Communication. Leur but ? Signer une charte permettant de stopper les publicités sur les sites diffusant des œuvres contrefaites. En effet, en interdisant les pubs de ces sites pirates, le gouvernement espère assécher financièrement les créateurs pour lutter contre le piratage.

Par la suite, des négociations s’ouvriront permettant de préparer une seconde charte en partenariat cette fois-ci avec les acteurs du paiement en ligne.

En parallèle de ces deux textes, Fleur Pellerin ministre de la Culture et de la Communication indique que les signalements sur la plateforme Pharos permettant de dénoncer ces contenus illicites sur Internet seront renforcés.