Disney Research

Je ne pense pas trop m’avancer en vous disant que Disney est surement « LA machine à produire du rêve ». Les plus « Geeks » d’entre vous savent d’ores et déjà que Disney a racheté l’empire de la force, à savoir les studios LucasArts afin de conter les périples du rejeton de Luke Skywalker au travers d’une nouvelle trilogie…mais aujourd’hui nous ne parlerons pas de cela, loin de là (ah, je vous ai bien eu !). Car outre son statut de « Mastodonte » de l’univers cinématographique en tous genres, Disney est aussi un laboratoire de recherche des plus avancé, connu sous le nom très insolite de « Disney Research » (ironie). Voyons ainsi au travers de cet article de quoi est capable Disney … en plus de faire cohabiter une souris géante avec un canard cul nu. 

Disney Resea… Disney quoi ?

Disney Research se voit être un laboratoire de recherche collaborant avec d’innombrables universités à travers le monde, dont notamment :  l’Université Carnegie-Mellon à Pittsburgh et l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich. Quoi ? Cela ne vous dit rien ? … Pour tout vous dire, nous non plus !. Cependant une chose est sûre, ces collaborations vont très certainement bouleverser le monde des nouvelles technologies dans les prochaines années. Rappelons que ce jeune laboratoire Disney n’a été crée que depuis 2008, et qu’il laisse entrevoir un panel d’évolutions croustillant, comme par exemple, un pavé tactile qui permet d’identifier l’utilisateur grâce à ses empreintes digitales … qui a dit iPhone  !?

Quand votre photo en 2D se transforme en 3D.

Première évolution qui nous fait frétiller : Cet algorithme développé par les ingénieurs de Disney Research qui permet simplement de transformer vos photos – quelles qu’elles soient – en image 3D. Le procédé est simple à comprendre, cet algorithme détecte automatiquement la profondeur sur votre photo en analysant les zones d’ombres et de lumières. Le mieux est de vous illustrer cela par cette vidéo :

Quand les plantes se mettent à chanter.

Deuxième évolution qui est plutôt sympathique « Botanicus Interacticus ». Le concept est simple (bizarre mais simple) : vous pouvez jouer de la musique en touchant, effleurant, gratouillant sa tige, ses pétales ou encore ses feuilles. Oui bon, je vous l’accorde, la personne en charge de cette invention doit vraiment être portée sur la botanique et la musique… ou alors c’est une chimère entre Mozart et Carl Von Linné (Botaniste suédois du XVIIIe siècle). Mais en allant plus loin, cela nous prouve qu’il est ainsi possible de concevoir de nouvelles interfaces « homme-machine » visant ainsi à simplifier la vie ou du moins à en améliorer son confort. Imaginez de pouvoir allumer la lumière en touchant simplement le joli géranium de mamie Marguerite. Regardez ce que ça donne en vidéo :

Le AIREAL de Disney 

Troisième et dernière évolution, la caméra Aireal, véritable concurrente du Kinect de Microsoft, cette nouvelle technologie va bien plus loin. Le but étant de permettre à son utilisateur d’interagir avec son propre corps et ses propres gestes sur ce qu’il voit à l’écran. Vous me direz jusque là … rien de bien nouveau et de bien fou. Et bien détrompe toi jeune fourbe que tu es ! La différence avec Disney c’est que grâce à de l’air comprimé vous serez en mesure de ressentir des objets virtuels à distance. Comme vous pourrez le voir sur la vidéo, si un papillon vient se poser sur votre bras, la caméra sera en mesure d’ajuster son angle automatiquement, et ainsi de gérer le flux d’air en fonction du battement d’aile. Voyez plutôt ce que cela donne concrètement :

Clap de fin !

Ainsi, force est de constater que Disney ne cesse de nous surprendre. Sachez que ces trois vidéos ne sont que des inventions parmi tant d’autres. Imaginez ce qu’ils ont été capables de faire en l’espace de 5 ans en terme d’avancée technologique. Nous restons pantois (ou stupéfait mais ça fait plus classe non ?) devant tant de recherche et développement. Reste à savoir si Disney va assumer ce nouveau statut (?) et en espérant que leur nouveau virage dans le cinéma ne leur brûle pas les ailes.