Les projets ne manquent décidemment pas du côté des troupes de Jeff Bezos…

Le Wall Street Journal a lancé sa bombe hier soir (09 octobre)  à 20h : Amazon débarquerait avant la fin de l’année en plein cœur de Manhattan ! Quel est l’intérêt pour un géant du Web d’être sur le terrain et surtout, les concurrents doivent-ils trembler ?

L’information date seulement d’hier (09 octobre) mais elle a déjà fait le tour de la planète en moins de temps qu’il n’en faut à Amazon pour livrer un produit : le 7 West 34th St à Manhattan accueillerait avant la fin de l’année une boutique physique du géant de Seattle.

L’emplacement a de quoi faire rêver : en plein cœur de Big Apple, à deux pas de l’Empire State Building…

Une boutique Amazon, pour quoi faire ?

Amazon n’est pas le premier acteur Web à se lancer dans le grand bain du commerce physique. eBay, il y a un peu plus d’un an, proposait déjà cela à ses clients en s’associant à PayPal dans une boutique éphémère. Au tour d’Amazon donc de tenter de percer le marché.

A en croire le rapport évoqué par le Wall Street Journal, cette boutique devrait servir de stock tampon aux plus grosses commandes du site, afin de garantir un « click & collect » dans la journée. En d’autres termes, vous commandez votre raquette de tennis le matin, et si celle-ci est disponible dans la boutique, vous passez la chercher directement pour votre partie du soir.

amazon stock

Nous sommes un peu sceptiques sur le réalisme de cette ambition tant le catalogue Amazon est immense ! Les sites de Drive de nos chers hypermarchés proposent un assortiment beaucoup plus restreint et ont toutefois besoin d’entrepôts importants. Une simple boutique suffira-t-elle ?

Autre possibilité pour Amazon, proposer à ses clients un véritable showroom pour venir tester et toucher les produits avant d’acheter. On le sait, certaines catégories de produits sont difficilement achetables sur le web, et l’effet de showrooming est bien connu (et détesté) par les commerçants traditionnels : je viens tester le produit en boutique, par exemple valider que la paire de chaussure me va en 43, puis je vais l’acheter sur Internet à un moindre prix.

AMAZON LOGO

Là encore, l’interrogation demeure. Quel intérêt pour Amazon, si ce n’est permettre à ses clients d’acheter de l’occasion sur son site plutôt que du neuf (à un moindre prix donc), et ainsi réaliser moins de profits ?

Ce qui semble plus probable par contre, c’est qu’Amazon se dote ici d’une formidable vitrine aux yeux du monde. Difficile de faire mieux que cet excellent emplacement où transitent chaque jour des milliers de touristes et de locaux. En devenant de plus en plus « concret », Amazon gommerait ainsi cette image trop virtuelle qui pourrait lui faire défaut s’il veut devenir le roi incontesté du commerce, et pas seulement en ligne.

Pour conclure, il est important de signaler qu’Amazon n’a toujours pas confirmé cette information. Devenu maître dans l’art de créer le buzz avec des projets pharaoniques, démagos ou très innovants, Jeff Bezos aurait-il une fois de plus trompé son monde ?