Fondé en 2003, LinkedIn est le plus grand réseau professionnel mondial. Décrit par certains comme une véritable pépite du Web au potentiel sous-exploité, d’autres voient ce service comme obsolète… Une chose est certaine : le géant Microsoft va racheter le site de Jeff Weiner pour la somme folle de 26,2 milliards de dollars… Il s’agit ici tout simplement de la plus grosse acquisition de Microsoft à ce-jour mais aussi la somme la plus importante jamais payée pour un réseau social… Mais alors, quelle stratégie se cache derrière ce rachat colossal ? Pourquoi investir dans LinkedIn ? Voici nos éléments de réponse.

linkedin microsoft

Les deux conseils d’administration viennent de valider l’achat de LinkedIn par Microsoft pour 26 milliards de dollars (23,3 milliard d’euros). L’opération sera donc validée dès que le processus d’approbation réglementaire sera conclu.

Ce rachat gargantuesque opéré par Microsoft est donc la source d’un grand débat et on le comprend ! 26 milliards de dollars, c’est le PIB du Sénégal, 6 Airbus A380 ou encore 4 fois la dette de la sécurité sociale, c’est dit. Ramené à chaque utilisateur, votre profil LinkedIn vaut donc 53 euros.

L’opinion sur LinkedIn et cette opération est très partagée… Alors que ce site Web est souvent considéré comme ringard par certains jeunes professionnels, il est au contraire mis sur un piédestal par de nombreux patrons qui voient en LinkedIn, un outil moderne formidable pour le monde du travail.

Pourquoi Microsoft rachète LinkedIn ?

Microsoft montre une fois de plus sa volonté de se recentrer sur le monde professionnel en rachetant le plus grand réseau professionnel mondial.

LinkedIn va permettre à la firme de Satya Nadella de créer un écosystème complet et de lier tous ses services afin de les enrichir, de les unifier (mais également pour les différents devices smartphones, tablettes et ordinateurs) et de les offrir au plus grand nombre. De plus, ils pourront offrir désormais à leurs clients une véritable dimension sociale et collaborative, LinkedIn devenant officiellement la structure de réseau social à travers l’ensemble de Microsoft.

microsoft

Aujourd’hui, de nombreuses sociétés passent exclusivement par LinkedIn pour lancer des recrutements (65% des revenus de la société viennent des services proposés aux entreprises pour les aider à trouver leurs prochains collaborateurs). Le système de LinkedIn est intéressant pour les dirigeants car mieux qu’un CV, ils peuvent visualiser rapidement vos compétences, vos expériences professionnelles mais aussi vos anciens collègues de travail et leurs éventuelles recommandations. Pour les jeunes professionnels, le service permet de rencontrer des gens qui partagent le même secteur d’activité, le même poste, les mêmes centres d’intérêt mais aussi de bénéficier d’un CV interactif sur le Web permettant d’obtenir de véritables opportunités professionnelles.

Le directeur général de la société, Jeff Weiner a racheté récemment Lynda, une plateforme de cours et de formation continue mais aussi Slideshare, un service de présentation vidéo du type Powerpoint.

De plus, il est arrivé récemment à convaincre des leaders d’opinion comme Barack Obama, Bill Gates, Nicolas Sarkozy, David Cameron ou encore Jacques Attali d’utiliser son service pour retracer notamment leur parcours professionnel.

Malgré le fait que l’indépendance de LinkedIn semble vouloir être préservée, on peut donc imaginer aisément que Microsoft crée des passerelles entre ses différents services.linkedin travail

LinkedIn serait donc pour Microsoft le moyen de vous suivre durant toute votre carrière :

  • Outil de communication (CV interactif, échange d’informations sur des postes à pourvoir, sur le monde du travail au sens large, sur votre branche, sur votre poste, discuter autour de projets, échanger avec vos collègues de travail…)
  • Outil de recrutement
  • Outil de formation (avec le rachat récent de Lynda par LinkedIn, une plateforme de cours et de formation continue)
  • Outils de travail et d’entraide (recherche de clients, collaboration (via Office en ligne ?), se faire aider par un collègue de travail, par une personne occupant le même poste dans une autre société, par un expert (via Skype ?)…)
  • Recherche de clients
  • Fortes possibilités de développement…

Enfin, ce rachat leur permet aussi de mettre la main sur un « economic graph » (cartographie numérique de l’économie mondiale) plus qu’intéressant vu que LinkedIn compte 433 millions de membres (même s’il semble qu’uniquement 100 comptes soient réellement actifs) avec donc toutes les données personnelles liées permettant de connaître un peu plus ses clients et monétiser cette nouvelle base de données alléchante.

Le pari LinkedIn par Microsoft est-il risqué ?

Microsoft croit bien entendu en ce rachat car malgré une perte financière de 46 millions de dollars sur le dernier trimestre et de 166 millions pour 2015 pour LinkedIn, la société de Satya Nadella a offert 50% de primer par rapport à son cours de Bourse pour pouvoir l’acquérir…

Le site spécialisé Venture Beat indique qu’il s’agit ici d’une transaction vouée à l’échec tout comme de nombreux analystes. Il faut dire qu’on se souvient tous notamment du rachat de Nokia par Microsoft qui se termina de la pire des manières (la firme devant s’en séparer récemment et cela à perte…) ou encore de la descente au enfer de Windows Mobile, ou des controversés Windows Vista et Windows 8.

linkedin rachat

De notre côté, nous sommes de ceux qui voient ici une opportunité fantastique pour Microsoft de redorer son blason et justement de faire oublier rapidement ses tristes péripéties… Satya Nadella montre par ce rachat que la société doit engager une transition importante pour pouvoir vivre ces prochaines années plus sereinement que ces derniers temps.

Les réseaux sociaux sont décidément à la recherche d’axes de développement. Ce rachat est un véritable coup de poker pour Microsoft même si celui-ci ne semble pas si risqué du fait que la société est rentable (contrairement à Nokia à l’époque). LinkedIn est bien l’un des plus forts potentiels d’Internet, les cartes sont désormais dans les mains de Microsoft. D’autres rachats risqueraient de suivre vu qu’on parle déjà de Twitter qui intéresserait quelques investisseurs…